browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

A Florac, rencontre avec Guillaume Sapin, cinéphile actif

Posted by on 25 septembre 2015

portrait Guillaume Sapin

Florac est une commune qui se distingue par ses nombreuses associations, et donc par la multiplicité des évènements culturels qui y sont proposés toute l’année. En dehors du mythique Festival de la Soupe, mais pas si loin (car ici tout le monde se connaît), Florac a la chance de compter parmi ses habitants un certain nombre de mordus de cinéma, avec parmi eux, Guillaume Sapin, qui œuvre depuis près de 10 ans à l’accès à la culture en milieu rural, à travers son domaine de prédilection, le 7ème art. Revenons un peu sur le parcours de l’un des responsables de « La Nouvelle Dimension », avant d’aborder l’actualité et les projets…

Il y a une petite dizaine d’années, Guillaume suivait un cursus de géographie à la fac de Dijon… Comme beaucoup d’étudiants, il avait besoin de travailler pour financer ses études, et M. Hasard (que certains appellent aussi M. Destin) vint le chercher pour lui proposer un petit boulot déterminant, celui de salarié dans un vidéo-club. C’est la révélation : Guillaume devient boulimique de films et se forge très vite, sur le tas, une solide culture cinématographique. Loin d’abandonner ses études de géo pour l’instant, il a réussi à joindre l’utile et l’agréable : financer ses études et s’éclater au milieu des films, sans trop savoir où tout cela pourra bien mener… Et puis, le jeune homme a toujours un fort intérêt pour la nature, il participe donc à la création d’une association de défense de l’environnement et souhaite devenir accompagnateur moyenne montagne au terme de ses études de géo. Mais la passion du cinéma va prendre progressivement le pas sur le reste et il finit par abandonner ses études pour se consacrer pleinement à la gestion du vidéo-club.

 Ce n’est pas le cinéma qui va appeler Guillaume à Florac mais comme beaucoup une certaine passion pour les grands espaces, accompagnée d’un projet concret. Il arrive donc en Lozère en 2006, ayant été reçu en BTS Gestion et Protection de la Nature, formation alors dispensée par le CFPPA. Mais sa passion pour le cinéma le rattrape à nouveau et l’annonce de la vente du vidéo-club de Florac, tenu alors par Lola, représente une réelle opportunité pour développer quelque chose en lien avec l’image animée en Lozère, d’autant qu’en même temps, le vidéo-club de Dijon venant de fermer, un stock de 1500 DVD est disponible. Les conditions sont réunies pour le début d’un beau projet. Guillaume réunit les moyens pour l’achat du local, situé rue Armand Jullié, récupère le stock de DVD dijonnais et la « 4ème Dimension » voit le jour.

Par rapport à un vidéo-club classique, celui de Florac se distingue vite par une approche non restrictive du cinéma, embrassant tous les genres, du film d’horreur au film d’auteur… C’est un vidéo-club cinéphile qui cherche déjà à transmettre une vision large de ce que peut être le cinéma, un espace de création autant que divertissement. Pour porter le projet, il faut un maximum d’énergie et être prêt à travailler bénévolement, mais comme les choses commencent à fonctionner, Guillaume interrompt à nouveau sa formation d’accompagnateur moyenne montagne (définitivement?), et son ami Gilles Follea le rejoint. Les deux amis se consacrent à fond au vidéo-club.

Différents projets d’animation voient vite le jour : le ciné-club du dimanche, des cycles de films d’un même réalisateur sur une semaine, des cycles thématiques… Un groupe de passionnés de cinéma se forme à Florac et entre en contact avec d’autres cinéphiles lozériens, c’est ainsi que l’association des Ciné-clubs de Florac voit le jour et vivra 5 ans, de 2008 à 2013, le temps de proposer une longue série d’animations, de projections non-commerciales, autant de petites célébrations du 7ème art à la campagne, sous la forme de projections et d’animations conviviales. En parallèle des gens bizarres qui ne peuvent plus s’arrêter de causer dès qu’on prononce le mot « cinéma », « Les Cinéphages Associés » apparaissent sur la radio locale Radio Bartas, qui ne sont autres que Marc, Yann, Gilles, Fx…

cinephages

Fruit du partenariat avec d’autres association lozériennes cinéphiles, le festival des « Rencontres des ciné-clubs de Lozère » voit le jour en 2010. Chaque édition annuelle décline une thématique avec par exemple : le cinéma japonais, le cinéma indépendant new-yorkais… Progressivement l’activité se recentre sur Florac et le festival prend le nom qu’on lui connait aujourd’hui : 48 images seconde.

 

 

Le Festival 48 images seconde

Affiche-quebec-web

Après avoir exploré le Japon, le western ou les contrées mystérieuses du fantastique, l’édition 2015 a remporté un succès sans précédents avec la thématique du Québec. Le festival prend un nouveau virage. L’édition 2016 mettra à nouveau le cinéma québécois à l’honneur tout en proposant un coup de projecteur sur le méconnu cinéma inuit. Daniel Racine, animateur cinéma spécialiste ès jurons québécois, sera à nouveau à Florac pour lui déclarer sa flamme. A tous publics et structures partenaires seront proposés de stages d’animation ou des stages plus techniques… A suivre.

Autour du comptoir-vidéo qui propose à la location un choix de plus de 4000 films, les activités de l’association se diversifient… Pour l’année 2015-2016, on pourra compter sur :

–          Une fois par mois, un cours du soir sur le thème des adaptations littéraires au cinéma, avec par exemple des études de « Carrie » de Stephen King adapté par Brian de Palma, Shakeaspeare adapté par Orson Welles… Ces cours sont proposés en participation libre.

–          Des stages thématiques de trois jours autour de réalisateurs qui ont marqué le cinéma, ou des réalisateurs plus méconnus ou a réhabiliter. Les prochains stages : Thierry Jousse viendra nous parler de David Lynch du 2 au 4 octobre, puis ce sera au tour de Clint Eastwood (non, pas en personne, faut pas rêver !)…

stage

Stage sur le cinéma québécois pendant l’édition 2015 du festival. Avec Sylvain Garel et Daniel Racine.

–          Guillaume devrait intervenir tous les trimestres sur un film programmé par Cinéco à La Genette Verte. Il proposera un débat après la projection.

–          Le partenariat avec le collège va se poursuivre…

Depuis 2014, à la suite de l’arrêt du ciné-club de Florac, La 4ème dimension est devenue «Nouvelle Dimension », centre de ressources et d’activités autour de l’image animée et du cinéma. Guillaume et Lise, qui s’occupe principalement du comptoir vidéo, sont les deux salariés. Auprès d’eux s’active une dizaine de bénévoles, parfois plus… L’association est aujourd’hui très active, elle s’ouvre définitivement à tous les publics, des cinéphiles aux simples curieux… Fin octobre, on fêtera l’arrivée de Doc et Marty en 2015 et il sera possible de voir ou revoir « Retour vers le Futur » 1 et 2…

Des animations loufoques ou plus sérieuses, la possibilité de comprendre comment les images sont fabriquées, de mieux savoir les lire, de découvrir des auteurs en compagnie de spécialistes, d’apprendre à animer une séance, voici un panel de ce que peut proposer « La Nouvelle Dimension » en 2015, association atypique en milieu rural qui œuvre pour la diffusion et l’initiation au cinéma en dehors des circuits commerciaux représentés par les salles.

Guillaume s’est bien installé en Lozère et il vit à la campagne avec sa compagne et ses deux enfants… Il fait partie de ces personnes qui peu à peu, sont parvenues à vivre de leur passion. Et les choses ne sont pas prêtes de s’arrêter car comme il le dit lui-même : « Ici, tout est encore à créer »…

Pour aller plus loin (activités, infos pratiques…) :

La Nouvelle Dimension

Le Festival 48 images secondes

 

 

 

Merci beaucoup Guillaume !

écrit par Rémi Quéron.

————–

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *